top of page
  • Magali Vatinel

Tattoo thérapie : le tatouage peut-il soigner le corps et l'esprit ?

Souvent associé à un simple ornement corporel comme un énième accessoire de mode, le

tatouage semble avoir des impacts et bénéfices bien plus profonds sur les personnes qui les

portent. Surmonter un traumatisme, accepter son corps ou encore tourner une page de vie

difficile, les tattoos qu’ils soient éphémères ou permanents, auraient des vertus

thérapeutiques bien réelles. Allô docteur c’est pour un tatouage !




LE POUVOIR GUÉRISSEUR DU TATOUAGE

Hop hop hop, attendez, tout d’abord, primo, pour commencer et avant toute autre chose,

éclaircissons un point des plus importants : le tatouage ne peut en aucun cas remplacer ou se substituer à l’avis médical ni à un traitement approprié aux divers problèmes de santé.

Voilà, une fois que ça c’est dit, on peut parler du reste tranquillement. Non le tatouage ne peut pas guérir physiquement, mais il pourrait grandement contribuer à se sentir mieux dans sa tête et dans son corps… ok mais comment ?


TATOUAGE : UN MAL POUR UN BIEN ?

Alerte double info de fou : non seulement le premier tatoué à notre connaissance était un homme du néolithique (vers 2500 avant J.C.), Ôtzi de son petit nom, mais en plus 80% de Ses tatouages correspondent aux points d’acupuncture traditionnels utilisés pour traiter les rhumatismes, maladie dont il était atteint… De là à dire que ça lui a fait du bien, malheureusement on n’a pas eu de ses nouvelles.

Plus récemment, une étude menée par des scientifiques de l’université de l’Alabama démontre que se faire tatouer “pourrait stimuler le système immunitaire d’une façon similaire à une vaccination” : lors du tatouage, le corps se défend comme pour combattre une infection commune, un rhume par exemple. Pour autant, ne courez pas vous faire tatouer pour éviter d’éternuer, les conclusions de cette étude restent à préciser.


TATTOO ÉPHÉMÈRE & PERMANENT, REMÈDE AUX BLEUS DE L’ÂME

D’un point de vue physique, ok ce n’est pas flagrant. En revanche, du côté psychique là on sent bien que le tatouage peut jouer un rôle important voire même parfois capital. Cacher une cicatrice, masquer la trace d’un passé douloureux, accepter son corps ou se souvenir, chaque tatouage a/est une histoire. Et dans certains cas, le tatouage n'est ni plus ni moins que l’expression des maux, avec des effets parfois comparables à une séance chez le psy. “Le tatouage, cette gravure sur peau, peut être considéré comme un langage, une parole “encrée” qui dit quelque chose de la vérité du tatoué, de ses impasses, de ses fantasmes, de ses élucubrations.” Valentine Hervé, psychologue clinicienne et psychanalyste.


Et voici quelques preuves rapportées : une étude menée en 2011 montre que, juste après s’être fait tatouer, les personnes sondées affirment avoir une meilleure estime d’elles-mêmes et être beaucoup moins anxieuses. Une autre étude menée en 2019 par Tailor et Francis Online démontre que les survivants d’agression sexuelle ressentent des sentiments de guérison et de force suite à leurs tatouages. Comme le dit David Le Breton, professeur et chercheur : “Pour changer de vie, on change de corps, ou du moins on essaie.”



QUAND LE TATOUEUR PREND SOIN DE VOUS

Mais alors, les tatoueurs sont-ils des médecins qui s’ignorent ? Aucun n'irait certainement réclamer ce titre, mais bon nombre d’entre eux confient que la relation qui s’établit avec certains clients est vraiment unique. Que ce soit au moment de la première discussion, lors de la recherche du motif ou le jour même du tatouage, les tatoués confient à leurs tatoueurs des histoires dont ils ne parleraient peut-être jamais à leurs meilleurs amis par pudeur ou gêne. Le tatouage peut, par exemple, faire partie d’un processus de deuil ou aider à surmonter un traumatisme, c’est un moment très intime.

Frédéric Agid, tatoueur en région Parisienne et auteur de Histoires de Tatouages, constate : “J’ose utiliser le terme de tatouage thérapeutique. Mon approche prouve à quel point la transformation esthétique du corps apporte inévitablement un bouleversement psychologique qui peut être bénéfique si l’on accepte qu’il s’agisse d’une forme de soin.”


LES BIENFAITS DU TATOUAGE : PAROLE AUX TATOUÉS

Ils n’ont pas le même vécu, mais ont tous en commun de s’être sentis véritablement mieux dans leurs corps et leurs têtes après s'être fait tatouer. Touchants, courageux, les prénoms des tatoués et tatoueurs qui ont accepté de partager leurs histoires ont été modifiés.


ANTONIN, LE TATOUAGE POUR TOURNER LA PAGE

“J’avoue j’en ai bavé pas vous, mon amour.” Ce sont ces célèbres paroles de la chanson La

Javanaise, qu’Antonin a choisi de se faire tatouer. Antonin est musicien et il vient de passer plusieurs années de grosses galères personnelles qui l’ont beaucoup remué. Mais aujourd’hui, enfin, la situation semble s’améliorer nettement et il a envie d’y croire, voire même de provoquer un peu plus sa chance. Pas question d’oublier mais d’avancer ! Voilà comment les jolis mots de Serge Gainsbourg vont maintenant résonner sur sa peau pour toujours.


ALICE, LE TATOUAGE DE LA GUÉRISON

À 41 ans, Alice apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein et qu’elle doit subir une mastectomie (ablation totale du sein). Maman de 2 jeunes enfants, commerciale dans une boîte dynamique, joie de vivre en personne, Alice affronte cette épreuve avec un moral d’acier jusqu’au jour où, pourtant en rémission depuis 3 ans déjà, elle craque. “Je ne supportais plus cette absence de poitrine, à chaque fois que je me douchais, me voyais dans un miroir… je pensais à la maladie alors qu’elle n’était plus là. Un jour j’ai vu un documentaire sur une tatoueuse qui tatouait des femmes dans la même situation

que moi. Pourtant jamais tatouée, ça a été le déclic immédiat et le lendemain, j’appelais pour prendre rdv avec elle. J’ai beaucoup réfléchi avant notre premier rdv, j’étais à la fois excitée comme une gamine et très angoissée de cette rencontre, de ce que j’allais devoir montrer et raconter… mais en à peine 5 minutes, toutes mes craintes avaient disparues : Louisa anticipait mes questions, finissait mes phrases et m’a rassuré sur tout le processus. J’ai choisi une branche de cerisier japonais comme tatouage. Synonyme de renouveau et d’évolution, c’est aussi un symbole porte bonheur et franchement c’est magnifique et ça s’adapte si bien à la zone tatouée… Ça fait 8 mois que le tatouage est fait maintenant et le changement pour moi a été radical, je suis redevenue la battante que j’ai toujours été. Bref, je ne regrette rien enfin si peut-être : ne pas l’avoir fait plus tôt !”


Vous connaissez Rose Tattoo ?

Soeurs d’Encre, association créée en 2017, organise depuis plusieurs années l’évènement Rose Tattoo dédié au tatouage post cancer du sein : l’association offre des tatouages de reconstruction réalisés par des tatoueuses engagées et formées par le milieu médical, à des femmes qui ont eu un cancer du sein.


PAULA, LE TATOUAGE POUR SE SOUVENIR

Paula a été élevée par sa tante Lucile et une complicité exceptionnelle s’est tissée entre les 2

femmes au fil des années. Lorsque Lucile décède, Paula dit ressentir un vide immense et éprouve alors le besoin de “porter le souvenir de sa tante”. Déjà tatouée, il lui semble évident de se faire encrer un souvenir heureux et c’est une théière fumante qu'elle choisit, doux rappel de leurs longues heures de papotage autour d’une tasse… “Ça peut paraître bête, mais lorsque je suis triste, il me suffit de regarder ce tatouage pour me sentir plus légère.”


LUCE, LE TATOUAGE QUI EFFACE LES CICATRICES

Luce en a ras le bol qu’on lui demande pourquoi elle a cette énôôôôrme cicatrice sur son bras. “Comment ça t’es arrivé ? Ça fait mal ? Ah ouais parce que moi j’ai déjà eu des points de suture aussi et bla bla bla bla bla.” Du coup elle ne veut plus la voir cette cicatrice et ne porte plus ni t-shirts à manches courtes, ni robes, ni rien qui la laisse apparaître d’ailleurs.

“J’ai envie de passer à autre chose, je voudrais pouvoir l’effacer” a-t-elle confié à son tatoueur pas du tout convaincue qu’il pourrait faire grand chose… “Il a été top ! Il m’a expliqué qu’on ne pouvait pas tatouer toutes les cicatrices mais qu’on trouverait quelque chose pour que je ne la vois plus et m’a proposé un mandala venant se poser en symétrie des 2 côtés de la cicatrice. Franchement certains jours j’ai l’impression que la cicatrice a disparu de mon bras, mais aussi de ma tête. Je ne me pose`plus la question de ce que je vais porter et je suis même très fière de montrer mon bras.”


ALICE, LE TATOUAGE POUR REPRENDRE CONFIANCE

Alice a 20 ans et malgré son jeune âge, elle dit que c’est le tatouage qui lui a sauvé la vie. À 15 ans, elle entre dans la spirale infernale de l'anorexie. Son corps ne lui plaît pas et elle met sa santé en danger. “On a beau nous dire que c’est une maladie, que notre cerveau nous joue des tours et qu’on risque d’y rester, c’est plus fort que nous. Et puis un jour j’ai accompagné une copine se faire tatouer et j’ai eu envie de le faire aussi… Bizarrement ce tatouage m’a fait me sentir plus belle alors qu’il était bien caché sous mes vêtements ! J’ai décidé de recommencer peu de temps après et encore…aujourd’hui je crois qu’il ne me reste plus beaucoup de place pour en rajouter de nouveaux !

Clairement ce sont mes tatouages qui m’ont permis d’accepter mon corps et même si je reste vigilante, je peux dire que l’anorexie c’est derrière moi.”


VICTOR, LE TATOUAGE POUR S’ACCEPTER

“J’avoue j’ai fait pas mal de bêtises plus jeune, j’étais pas un gentil et même si maintenant j’ai compris que je n’allais pas bien à cette époque là, je ne supporte plus de voir les traces que ça a laissé sur moi.” Victor remonte sa manche : poignet scarifié, quelques mots insultants tatoués un peu plus haut… des actes qu’il n’assume plus et qu’il ne veut pas que son fils, encore jeune, comprenne. “Je ne supporte plus le jugement dans le regard des gens même s’ils n’y peuvent rien et que accessoirement ils ont raison, c’est vrai j’ai été dur mais j’ai payé. Alors la semaine prochaine, je me fais tatouer un beau recouvrement graphique qui me permettra d’effacer ces erreurs. Seul moi saurai

qu’elles sont toujours en dessous et qu’elles font partie de moi.”


Mais alors, la peau devient-elle parfois une page de livre où l’on raconte sa propre histoire à travers des tatouages ?

Marquer les moments douloureux de la vie, mais aussi les plus heureux, semble aider à accepter les souvenirs, mais aussi plus simplement à se souvenir. La peau comme un album photo du temps qui passe…

Chez la Rose à Georgette, on en est convaincus et ça tombe bien parce qu’on aime les rencontres et qu’on prendra bien soin de vous et de vos histoires. Que ce soit pour un tatouage éphémère ou permanent, nous respectons toujours vos envies, vos histoires, votre intimité !


42 vues0 commentaire

Comments


bottom of page